Pourquoi travaillons nous vraiment?

En travaillant fidèlement 8 heures par jour, vous pourrez éventuellement réussir à devenir patron et travailler 12 heures par jours.”

Robert Frost

Pourquoi doit-on se lever tous les matins pour aller boulotter? Cette question te parait débile j’imagine. Pourtant elle est d’une importance capitale pour une personne en quête du but ultime de son existence.

Au chemin du travail. Pourquoi travaillons nous ?

A cette question, la plupart des gens répond: Pour subvenir à nos besoins (se nourrir, se loger, se déplacer etc). Mais t-es-tu déjà posé la question de savoir quels sont tes Vrais besoins? Imagine-toi que tu sois autonome face à tous tes besoins “vitaux”, c’est-à-dire que tu puisses te nourrir, te loger, te déplacer, produire ton propre énergie et eau potable sans argent. Irais-tu toujours travailler? Je parie que non. Pourtant ce rêve peut devenir une réalité. Mais quand on est conditionné, depuis notre tendre enfance, à croire à certaines idéologies préconçues, on les accepte et les vit instinctivement sans se poser de questions. Pourtant il y a pas mal de questionnements à avoir sur notre mode de vie. Quand tu y regardes de plus près, tu te rends compte que 80% de ton salaire part dans des dépenses quotidiennes qui ne sont là que pour faire fonctionner le système; et seulement les 20% sont pour ta propre subsistance. En d’autres termes, tu travailles 4 fois plus qu’il n’en fallait. Faisons le tour de tes besoins “vitaux”:
L’alimentation: Ton planning est fait de sorte que tu n’as pas le temps de te faire de la bonne cuisine qui te coûterait 4 fois moins que tes repas synthétiques de supermarchés ou de restaurants d’entreprise. Tu as été conditionné(e) pour manger 3 repas par jour au minimum, à consommer de la charcuterie, à prendre des produits laitiers et des boissons soit disant que “la science a prouvé” qu’ils contiennent des nutriments dont ton organisme à besoin. Est-ce vrai? Ton organisme a-t-il vraiment besoin de toute cette quantité et qualité d’aliment par jour? N’est-ce pas ce qui te rend malade ou affaibli ton système immunitaire?
Le déplacement: As-tu déjà évalué tes frais de déplacements annuels dans le cadre de tes affaires personnelles (loisirs, vacances, visites familiales etc…)? Que représentent ces frais par rapport à ceux de ton trajet domicile/boulot?
Logement: Dans l’idéal, sans le travail, habiterais-tu le quartier ou la ville où tu vis actuellement? Paierais-tu le même loyer?

En générale, tu passes tout ton temps à satisfaire des besoins que ton mode de vie t’impose au lieu de te poser un instant et déterminer des vrais besoins vitaux.
Alors quels sont tes véritables besoins? Répondre à cette question c’est quelque part résoudre la problématique du travail. Les animaux ne travaillent pas, du moins, ils ne sont jamais salariés, mais ils vivent en parfaite harmonie avec la nature. Ils se nourrissent bien, se soignent, se déplacent et s’abritent sans aucun problème.
L’être humain s’est cru “l’espèce dominante la plus évoluée intellectuellement” sur cette planète; pourtant, il ne parvient toujours pas à s’affranchir de cette besogne ingrate qu’est le travail.

En travaillant tu crois contribuer à la croissance économique et au développement technologique. Mais quelle économie? Quelle technologie?
Quand on voit l’impact dévastateur des activités humaines sur la planète, on se demande à quoi nous servent certaines de nos inventions et technologies si ce n’est qu’à nuire à notre propre santé et à entraver nos rapports sociaux. Je pense là à tous ces équipements qui limitent fortement le mouvement de l’homme. Regarde le nombre de voitures de 5 places vides sur un tronçon de 1 km de bouchon sur autoroute. Heureusement que quelqu’un  a su utiliser son cerveau pour nous créer BlaBlaCar.

Es-tu vraiment heureux(euse) avec ce travail salarial ?

Je parie que non.
Un défi: je dépose 1 Million d’Euros sur la table pour toi maintenant et te demande d’arrêter de travailler toute ta vie; continueras-tu d’aller boulotter tous les matins en me disant que ton travail compte plus que les 1 Million? Ou claqueras-tu la porte à ton patron?
Si ta réponse est non au 1 Million d’Euros sur la table, tant mieux ! Cela voudrait dire que tu fais parti des 1% de la population pour qui l’argent ne compte plus. Dans ce cas je me demande pourquoi ne serais-tu pas en train de surveiller ton portefeuille boursier allongé(e) sous un cocotier sur l’une de ces magnifiques plages que l’univers nous a offertes. Mais si ta réponse est un grand Oui au 1 Million d’Euros , alors es-tu vraiment heureux(euse) dans ce cas?
Clairement, qu’on se voile pas la face, tu travailles juste pour travailler; pour faire fonctionner un système qui n’a aucune vocation de te rendre autonome et indépendant. Ton salaire n’est autre que tes frais “d’entretien” pour te maintenir en vie, afin que tu repartes travailler en “bonne santé”.
Elles sont où les belles années dont tu rêvais depuis l’enfance?

La plus grande erreur que les gens font, c’est de signer un contrat de travail et adapter leur condition de vie aux contraintes liées à ce contrat; au lieu de définir le coût de leur condition de vie idéale et entreprendre de bonnes actions qui leur permettent de vivre ainsi. Quand tu fais le premier choix, tu passeras toute ta vie à adapter ta situation aux CDD et CDI. Tandis qu’en faisant le deuxième choix, tu reste au contrôle de ta vie.

Dans son livre The Millionaire Fastlane, que je te conseille vivement de lire si tu ne l’as pas encore fait, MJ DeMarco résume bien la situation en ces mots: les salariés sont empêtrés dans l’asservissement à un mode de vie où l’on pousse la vie dans la jungle, une lutte permanente et acharnée entre les extravagances d’un style de vie et le travail, un manège auto-entretenu de travail pour un revenu, revenu pour un style de vie, et style de vie pour un travail. Partout où il y a l’asservissement à un mode de vie, il y a une érosion systématique de la liberté.
Le travail crée le salaire; le salaire crée un mode de vie (le pouvoir d’achat, la crédibilité aux yeux des banques pour les crédits auto, maison et conso); le mode de vie (les dettes) oblige à travailler; et ce processus se répète à l’infini…

Le travail. Pourquoi travaillons nous ?

Quand on se retrouve dans cet engrenage sans fin, on essaie de se rendre utile en se cachant derrière des qualificatifs pour définir son travail. La moyenne des gens dirait ainsi que nous travaillons pour trois raisons fondamentales : gagner sa vie, exister socialement et faire des choses qui nous intéressent. Bla bla bla…

     – Gagner sa vie? n’as tu pas l’impression de la perdre plutôt en travaillant? Le but de la vie n’est pas seulement d’aller travailler tous les jours, attendre le week-end et payer des factures; de passer les 11 mois de l’année entre 4 murs pour seulement 1 mois de vacance à peine; de laisser ton sort dans les mains des personnes qui ne reconnaissent pas ton effort; d’abandonner tes enfants par faute de temps et de confier leur éducation à des personnes qui ne se soucient pas plus d’eux que tu ne t’en soucies toi-même. Est-ce cela gagner sa vie? Après 20 années d’étude (depuis la maternelle) enfermé(e) dans des “boîtes”, tu t’engages encore à sacrifier 40 années de ta vie à vivre dans des “boîtes”.

En vérité, ils ont compris que lorsque tu es en liberté totale, maître de ton esprit et de tes pensées, en tant qu’être humain, tu deviens systématiquement un génie créateur. Ils savaient pertinemment que par le pouvoir de ton cerveau, tu es capable de trouver des solutions à tous les problèmes inhérents à ta survie quelque soit le milieu dans lequel tu évolues. Pour t’empêcher cela, ils ont créer le rythme des 8h par jour, 5 à 6 jours par semaine pour ne te laisser aucun temps de pensée te permettant ainsi d’exploiter ton cerveau à ton profit. N’ayant pas ce temps de réflexion à tes propres problèmes, tu deviens ainsi une proie facile, dépourvue de moyens de subsistance, c’est-à-dire un bon consommateur à qui ils peuvent vendre toute sorte de solution miracle.
Réveilles-toi un peu !

     – Exister socialement? Oui, je sais que le travail permet de nouer des “liens sociaux”. Mais sincèrement quel lien peux-tu tisser avec des codétenus de la même cellule? Des gens avec lesquels il ne se passe aucune échange humaine? Que reste-il de ces relations sans le travail qui vous lie? Le monde se limite-t-il à 2-3 personnes que tu continues de côtoyer des années et de années?

Le bonheur n’attend pas le beau temps: c’est maintenant !

Qu’attends-tu pour commencer à réaliser ton but ultime sur cette terre? Ta raison d’être.
Dois-tu travailler aussi longtemps et continuer à faire des choses qui ne comblent pas à ta mission de vie? Continuer de rêver à ce future, où tu n’auras plus à travailler et où tu pourras enfin faire ce que tu veux? pourquoi pas maintenant?

Voici une petite histoire très inspirante qui nous révèle le sens de la vie:

L’histoire raconte qu’un homme d’affaires alla en vacances pour échapper un peu à toute la pression de son quotidien, pour « recharger ses piles », comme on dit parfois. il prit donc un vol pour une destination tropicale lointaine et aboutit dans un petit village. Après quelques jours, il avait observé les gens de cette communauté et il avait remarqué un pêcheur en particulier.

Ce pêcheur semblait être le plus heureux et le plus satisfait de tous les habitants du village.

Cela piqua la curiosité de l’homme d’affaires.

Le travail et le sens de la vie.

Un jour, assis sur la plage, il vit le pêcheur ramener son bateau vers le rivage après avoir attrapé une bonne quantité de gros poissons.

L’homme d’affaires, impressionné, demanda au pêcheur : « Combien de temps vous faut-t-il pour attraper autant de poissons ? »

Le pêcheur lui répondit : « Oh, juste très peu de temps. »

« Alors, pourquoi vous ne restez pas plus longtemps en mer afin d’en attraper plus ? », rétorqua l’homme d’affaires stupéfié.

« C’est assez pour alimenter ma famille entière », lui répondit le pêcheur.

L’homme d’affaires lui demanda alors : « Ainsi, que faites-vous le restant de la journée ? »

Le pêcheur lui répondit :
« Et bien, je me réveille d’habitude tôt le matin, puis je pars en mer afin d’attraper quelques poisson, pour ensuite rentrer et jouer avec mes enfants.
L’après-midi, je fais une sieste avec ma femme, et lorsque se profile le soir, je rejoins mes copains dans le village pour boire un coup – nous jouons de la guitare, nous chantons et dansons durant toute la nuit. »

L’homme d’affaires fit une suggestion au pêcheur :
« J’ai un doctorat dans la direction des affaires. Je pourrais vous aider à devenir une personne bien plus nantie. Pour ce faire, il vous faudrait passer plus de temps en mer et essayer d’attraper autant de poissons que possible. Quand vous aurez économisé assez d’argent, vous pourrez acheter un bateau plus grand et attraper encore plus de poissons. Cela vous permettra donc d’acheter plus de bateaux, de fonder votre propre société et votre propre usine de production pour un réseau de distribution et des conserves. Durant ce temps, vous aurez quitté ce village pour aller vous installer à Sao Paulo, où vous pourrez fonder votre QG afin de gérer vos autres branches. »

Le pêcheur demanda : « Et après cela ? »

L’homme d’affaires se mit à rire à gorge déployée : « Après cela, vous pourrez vivre comme un roi dans votre propre maison et au moment propice, vous vous serrez rendu célèbre, ce qui vous permettra de vous lancer dans des opérations boursières et ainsi, vous deviendrez très riches. »

Le pêcheur continua, « Et après cela ? »

L’homme d’affaires dit :
«Après cela, vous pourrez finalement prendre votre retraite, déménager et acheter une petite maison dans un village de pêche, vous réveiller tôt le matin, attraper quelques poissons, rentrer ensuite à la maison pour jouer avec vos enfants bien qu’ils seraient alors devenus des adultes, avoir une sieste agréable avec votre femme et quand la soirée viendra , vous pourrez retrouvez vos copains pour boire un coup , jouer de la guitare, chanter et danser durant toute la nuit !»

C’est alors que le pêcheur très perplexe lui rétorqua :
«Mais, n’est ce donc pas ce que je fais exactement maintenant ?»

« Le pêcheur sourit à l’homme d’affaires, lui serra la main et lui souhaita bonne chance dans ses efforts pour refaire le plein d’énergie. »

(fin de l’histoire…)

Cette histoire n’a nullement pas pour objectif d’inviter à la paresse ou à l’oisiveté. Elle nous encourage plutôt à nous poser un certain nombre de questions plus fondamentales: Quel est le but de la vie? Quelle est la finalité de ce que nous faisons présentement?
On ne peut conduire sa vie de façon optimale si l’on n’a pas entrepris une démarche personnelle pour répondre à la question de son sens.
 Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Pourquoi et comment ?… et ce, à la fois individuellement, collectivement et à l’échelle de la planète toute entière.

Certes faire des affaires, ou diriger de grandes entreprises n’implique pas systématiquement rendre sa famille malheureuse. Mais si tu passes tout une vie à travailler, tous ces allers-retours, toutes ces pertes de temps pour enfin parvenir à une “vie de rêve” (comme le pêcheur), pourquoi ne pas le faire maintenant et profiter de cela le reste de ta vie?

Réinvente-toi ! et crée ton monde dans ce monde.

Par essence, l’homme est un nomade, il doit se déplacer dans le monde, partir à la rencontre d’autres civilisations, pour mieux se connaitre et avoir une vision plus élargie de la vie. C’est ainsi que l’agriculture, le commerce, les arts, la musique, les Etats Unis d’Amérique etc. ont vu le jour. Mais tu as été conditionné(e) à accepter cette situation de sédentarisme. Ils t’ont fait croire que le chemin de la vie c’est d’étudier, avoir un diplôme pour ensuite décrocher un “bon boulot” et attendre ta mort dans une maison de retraite. Pour te maintenir sur ce schéma ,ils ont inventé des assurances vieillesse et assurances retraite.
Ah! si seulement tu savais ce que serait ce régime retraite dans 40 ans.
Il te font croire qu’investir dans sa résidence principale (RP) c’est le meilleur investissement. Je sais très bien que l’immobilier est l’un des piliers de l’enrichissement; d’ailleurs, pour en savoir plus, tu trouveras des articles sur ce blog à ce sujet. Mais la seule RP est loin d’être une bonne solution.
La vérité est que le crédit immobilier pour sa résidence principale a été inventé uniquement pour te maintenir scotché(e) à ton boulot pendant des années, le temps qu’ils te pressent comme un citron avant de te jeter à la déchetterie parce que tu ne seras même pas recyclable.

Tu vaux mieux que ce que tu vis présentement quelque soit le poste que tu occupes. Tu dois pouvoir voyager où et quand tu veux tout au long de l’année. L’univers est ton terrain de jeux. Créer ton monde dans ce monde et l’élargir à l’infinie, c’est ton but ultime sur cette terre. Et tu en as la capacité. J’en suis convaincu.

Ce n’est pas la mort qui effraie le plus de personnes. Mais c’est le fait d’arriver à la fin de leur vie et réaliser qu’ils ont passés toutes ces années sans vraiment “vivre”. Pour vivre, il faut sortir de cette zone de confort dans laquelle tu existes simplement. Si tu en es là aujourd’hui dans cette situation, ce n’est nullement pas de ta faute. C’est tout simplement parce que tu ne savais pas faire autrement, que tu as fait ces choix qui t’ont conduit(e) à ce point. Maintenant il va falloir reconnaître ses erreurs du passé et se dire honnêtement que tu es ce que tu es aujourd’hui à cause de tes propres choix antérieurs. Et surtout t’en persuader profondément, si non tu seras dans l’incapacité de faire un autre choix. Ne laisse pas ton passé dicter ton futur; mais décides aujourd’hui de te “Réinventer”. De reprendre possession de ta vie maintenant !

Nous avons tous reçu un cadeau de l’univers qui s’appelle la vie. Ne gâche pas la tienne à faire vivre et entretenir le rêve d’autrui.
Quel est ton rêve? Ce rêve qui te tient tant à coeur depuis longtemps?

Pourquoi travaillons nous ?

Tu veux un conseil?
Quoi que cela puisse être, tu feras mieux de tout donner maintenant pour le réaliser avant que ton temps sur terre soit écoulé. Car il n’y a pas de prolongation dans la vie tu le sais bien. Cela ressemble certainement à de paroles de prêtre. Je sais. Mais si tu fais pas ce pour quoi tu es venu(e) sur terre, en plus de te limiter, tu empêches aussi d’autres personnes d’avancer. Car toutes ces idées créatives et inventives qui dorment dans ton esprit, ces conseils, ces remèdes de maladies, ces compétences qui sont enfouis en toi peuvent leurs être utiles. Je parle de cette petite idée dont tu doutes en toi. Elle est unique et elle peut être une étincelle que l’univers attend.

Cela va-t-il être difficile? OUI

Si vous n’êtes prêt à faire que ce qui est facile à faire, la vie sera difficile. Mais si vous êtes prêt à faire ce qui est difficile à faire, la vie sera facile.”

T. HARV EKER

Mais c’est à toi de choisir le type de douleur que tu veux endurer. Soit la douleur sur le chemin du succès ou celle d’être hanté(e) de regret.
Surmonter les difficultés et les critiques sont les pré-requis pour atteindre la grandeur. C’est une loi incontournable de l’univers. Personne ne peut y échapper.

Pas de panique! Ce blog est là pour te servir de guide et t’aider à retrouver rapidement la voie qui te mènera à la bonne destination.

Rejoins l’Académie “Réinvente-toi !” pour appartenir à la grande communauté des fonceurs et fonceuses intelligent(e)s.

Que penses-tu de cet article?

Si tu l’as aimé partage le avec tes proches et fais-nous savoir ton ressenti en nous laissant un commentaire juste ci-dessous.

Réinvente-toi ! Et Reste au contrôle de ta vie.

 

Partager c'est aimer !

Laisse un commentaire

Ton adresse Email ne sera pas publiée


Je ne suis pas un Robot